annuaire

Placements abusifs en France d’enfants en situation de handicap : un annuaire pour les éviter ?

France : un annuaire utile pour éviter les placements abusifs d’enfants en situation de (certains) handicaps ?

Le gouvernement vient de faire paraître un annuaire à l’usage des cellules de recueil d’informations préoccupantes (CRIP) et des magistrats. Ce bottin pourrait être efficace s’il était utilisé : car en vérité, il n’existe aucune obligation de le consulter et encore moins de l’utiliser.

En conséquence, si des parents osent dire à la crèche/à l’école/aux travailleurs sociaux/etc. qu’ils soupçonnent que leur enfant a un besoin spécifique (encore faut-il que ce soit un besoin spécifique répertorié dans cet annuaire), il faut aussi que les CRIP et les magistrats, après le signalement des instances de 1ère ligne, daignent consulter cet annuaire et, surtout, les professionnels qui y sont répertoriés. De plus, la sélection de ces professionnels n’est pas transparente…

Cela fait beaucoup de « si » pour mettre « l’aide » à l’enfance sur la bonne voie…

(Pendant ce temps, les véritables parents maltraitants sont tranquilles jusqu’au drame… et même après parfois, car rarement déchus de leurs droits parentaux, même en cas de crime ou d’inceste !)

Cet annuaire a été édité afin que les CRIP et/ou les juges puissent recueillir un avis éclairé AVANT de signaler ou de faire placer abusivement un enfant à besoins spécifiques. Mais nous pouvons déjà les aider à faire une sélection en affirmant :

  • que la mère et/ou le  père de cet enfant n’est pas forcément atteint du Syndrome de Münchhausen par procuration.
  • que le parent n’est pas responsable du handicap de son enfant.

Malgré eux, les professionnels peuvent gravement être atteints d’ignorance et de désinformation. Ce n’est pas leur faute : leur formation est (presque) toujours lacunaire et/ou erronée. Combien doivent encore étudier de nos jours que, par exemple, l’autisme est la faute de la mère ???  Vous seriez surpris par toutes les informations qu’on nous remonte.

Cet annuaire est un petit caillou pour faire des petits ronds dans l’eau, puisse-t-il ricocher assez loin pour que nous n’ayons plus à sortir des enfants placés abusivement, maltraités, battus, violés… dans les foyers censés les protéger de leur parents faussement accusés. Les bourreaux ne sont pas forcément où l’on pense…

PS : Cependant, nous sommes tout à fait conscients que des enfants sont placés en cas de danger. Nous ne le contestons pas. Nous nous plaçons en priorité auprès des victimes : enfants, familles, parents… Nous pensons même que des actions d’associations et de professionnels qui ont monté sciemment des cas indéfendables en épingle ont décrédibilisé la cause des placements abusifs d’enfants en situation de handicap, pour des motifs d’influence et/ou de publicité commerciale… Mais ceci est une autre histoire que nous aborderons en temps opportun.

Surtout : comment se réjouir de cette « avancée » quand on sait que le Secrétaire d’État à la protection de l’enfance, Adrien Taquet, n’a pas levé le petit doigt dans l’affaire Oscar ? Comment faire confiance à cette annonce d’annuaire censé résoudre le problème, à l’instar des nombreux numéros verts dont le gouvernement se rengorge proportionnellement à leur inefficacité ?

Dargaa d'Or

Trophée Montaigne

La remise du Trophée Montaigne 2020 « les Dargaa d’Or », du nom de l’artiste, reportée deux ans de suite en raison de la pandémie, a enfin eu lieu ce vendredi 11 mars 2022 ! Une véritable respiration après 2 ans de pandémie et en pleine actualité tragique.

Comme notre action avait été récompensée du même trophée en 2018 (catégorie associations), nous avions la présidence du jury 2019 pour la même catégorie, édition au cours de laquelle fut récompensée l’Association des Français de Gand.

Son Président, Norbert Hardy, nous a demandé de faire partie du jury 2020, mission que nous avons acceptée avec honneur et plaisir, aux côtés de Georges-Francis Seingry.

Stéphane Baudry, Président du Cercle Montaigne
Enfin, après 2 ans d’attente, la grande soirée est arrivée !

Elle a récompensé Roger Gigandet, Président de l’Union Française de Verviers.

Rendons à César ce qui est à César, ce texte est de Norbert Hardy :

L’objectif de cette association est d’aider nos compatriotes en difficulté et de  soutenir les institutions et d’encadrement de personnes en situation de handicap comme «  La fermette T21 ».

Cette ASBL est très bien intégrée dans la vie communale de Verviers et gère avec une totale indépendance un budget de fonctionnement, certes limité, mais alimenté par leurs diverses manifestations annuelles comme :

  • La présentation des vœux à la ville de Verviers en présence des élus locaux, de nos élus, des représentants des associations patriotiques françaises et belges ainsi que des membres du Conseil consulaire.
  • Honorer chaque année la mémoire du Général de Gaulle pour l’appel du 18 juin à la seule stèle à l’étranger du « Général »
  • Célébrer la fête nationale le samedi le plus près du 14 juillet avec dépôt de fleurs à l’hôtel de ville de Verviers et BBQ à « La fermette T21 »
  • Les cérémonies du 11 Novembre avec parrainage des tombes des « Héros français reposant en sol verviétois »
Roger Gigandet

Par ailleurs, l’objectif annoncé par l’ASBL Union Française de Verviers est de véhiculer une image positive de la France et de ses citoyens, ceux-ci, à l’étranger, ayant souvent la réputation de « Râleurs » !!!

En résumé, le maintien du « Coin France » existant à Verviers, reconnu par les édiles verviétois implique pour l’ASBL « Union Française de Verviers » l’engagement d’un bureau fort, intégré mais non assimilé, présidé par un Français avec comme objectif soutenir, aidé et non thésauriser !

Ce sont ces manifestations et ce comportement que le président Roger Gigandet et son équipe gèrent depuis de nombreuses années  qui ont retenu l’attention de notre jury.

Ce choix a été motivé par les actions d’entraide de Roger et son équipe vis-à-vis de nos compatriotes les plus démunis de la région de Verviers tout en étant parfaitement indépendants financièrement. Ainsi que leur patriotisme, qu’ils démontrent en commémorant régulièrement la mémoire des français morts sur le territoire belge, comme la reconnaissance de ces actions par les édiles verviétois.

Notre précision : nous dirons donc que plusieurs associations œuvrent pour les Français en Belgique. Vous en trouverez la liste sur le site du consulat. Merci à Stéphane Baudry, au Cercle Montaigne et à Anis Daarga pour mettre en lumière leurs causes.

soirée es 12 21

Message de l’UFAPEC (suite)

Aux parents d’élèves de l’enseignement spécialisé du réseau catholique,

Chers parents, 

Je vous invite à une réunion par visioconférence, le mardi 14 décembre 2021 de 20h à 21h30, afin d’échanger entre parents. 

Il me semble important de maintenir de lien et de permettre les discussions et le partage de préoccupations entre parents d’élèves de l’enseignement spécialisé. Venez rencontrer d’autres parents et partager vos vécus et expériences. 

Suite au questionnaire envoyé en début d’année scolaire, voici l’ordre du jour que je vous propose pour cette rencontre :

  • Échanges sur le début de l’année scolaire
  • Retours sur le questionnaire « attentes envers le regroupement ES de l’UFAPEC »
  • Intérêts et idées pour la construction d’un outil à destination des parents ou le développement d’un autre projet (selon vos attentes et votre motivation)
  • Programmation 2022 : formule des réunions (en ligne ou présentiel, moment des réunions, réunion sur un sujet précis…)

Si vous désirez vous joindre à nous, répondez-moi par mail avant le 14 décembre. Je vous ferai parvenir le lien vers la réunion le jour même.   

Merci de diffuser l’invitation aux membres de votre association de parents et aux autres parents de l’école.  

N’hésitez pas à me contacter pour toute information complémentaire ! 

Rendez-vous donc le 14 décembre.

Au plaisir de vous revoir ou de vous rencontrer, 

Alice Pierard

Quand on ne sait pas, on ne dit pas…

Interview de Christine Meignien (présidente de Sésame Autisme) sur handicap.fr (8 avril 2021)

Passage sur les Français de Belgique :

Autisme et Covid-19 : Isolés en Belgique

Une autre faille sur laquelle je me suis battue alors que le silence régnait, c’est celle des personnes handicapées hébergées en Belgique. J’ai fait remonter ce problème durant des mois, car je suis en lien avec de familles qui n’ont pas vu leur enfant depuis février, ce qui est totalement insupportable. Le gouvernement n’a pas pris le temps de discuter avec ses homologues en Belgique, alors même que c’est déjà un sujet très sensible en temps normal. Ce n’est que depuis octobre que Sophie Cluzel a nommé une personne en charge de ce dossier, alors que des enfants sont retenus dans leur établissement depuis février sans pouvoir revoir ou recevoir leur famille. Des parents étaient prêts à faire une grève de la faim pour avoir des réponses, car ils n’avaient aucune nouvelle de leur enfant et aucune possibilité d’aller le voir, c’est vous dire jusqu’à quel point ils étaient désespérés. Rappelons qu’il s’agit de 7000 personnes que le gouvernement français a laissé tomber. Des parents réclament aujourd’hui que soit mis en place dans ces établissements un conseil de la vie sociale comme en France, afin de savoir comment leur enfant est pris en charge, quel est son quotidien, quels sont les professionnels qui s’en occupent. Au sein de Sésame Autisme nous avons créé un groupe « Familles France/Belgique » pour qu’elles puissent avoir un lieu d’échanges. Depuis le 28 décembre, le gouvernement a enfin mis en place un numéro d’appel pour les familles. En ma qualité de mère, je n’ose pas imaginer si ma fille et moi avions dû vivre cela.

Lire l’article en entier ici.

En vérité, il y a eu véritable suspension de visites et de retours en famille (déconseillés ou interdits du 13 mars au 8 mai 2020). Jeunes : déconseillés. Adultes : interdits.

Le 8 mai, les visites étaient autorisées sous conditions.

Puis, il y a eu le déconfinement, circulaire du 26 mai. Complément du 4 juin. Modification du 9 juin : Jeunes. Adultes (le 22). Modifications du 30 juillet.

23 octobre : nouvelle vague Covid : circulaire adultes – 30 octobre : circulaire jeunes.

22 janvier 2021 : Nouvelles mesures pour les variants.

25 mars 2021 : mesures d’assouplissement liées à la vaccination.

Et le conseil des usagers est obligatoire depuis l’arrêté de 2018, auquel l’AFrESHEB a participé…

Moralité : parents d’enfants/d’adultes français en situation de handicap, ne tirez pas vos informations d’une présidente d’association gestionnaire n’ayant jamais mis les pieds en Belgique.

Renseignez-vous plutôt auprès de l’AFrESHEB (Association pour les Français en situation de handicap en Belgique).

Abonnez-vous à notre newsletter !

De la solidarité des associations… ou pas !

.

Le mois dernier, nous avions sollicité plusieurs associations françaises, dont Autisme France, pour un communiqué de presse commun visant à demander que le moratoire sur les places en Belgique ne soit pas appliqué tant que les solutions équivalentes n’étaient pas offertes en France.

La présidente d’Autisme France a répondu à tous les destinataires de ce mail que le moratoire était suspendu…

Comme cela nous semblait étonnant, nous avons demandé confirmation au secrétariat d’état de Sophie Cluzel, qui a démenti cette information : le moratoire n’était pas suspendu.

Quelle n’a pas été notre surprise de lire aujourd’hui cette position officielle d’Autisme France à propos du moratoire.

On dit que l’union fait la force, mais si chaque association pense à tirer la couverture à soi et à diffuser de fausses informations dans ce but, c’est bien triste. C’est triste pour les personnes concernées, leur familles qui voient la porte de la Belgique se refermer sans avoir l’équivalent en France, comme nous l’avons dit dans plusieurs articles et comme Autisme France le dit lui-même dans cette position.

Nous avons même plusieurs maman solos qui ont un cancer et qui attendaient une entrée de leur enfant/adulte en Belgique pour se soigner… c’est carrément une condamnation à mort !

C’est l’occasion ratée de montrer un front commun qui aurait eu plus de poids pour contraindre le gouvernement à renoncer à ce moratoire tant que les solutions françaises n’étaient pas à la hauteur.

Nous ferons donc probablement tout seul dans notre coin un prochain communiqué de presse, qui ne servira pas à grand-chose.

Je sais bien qu’on va me rétorquer qu’il fallait en parler et pas déballer tout sur la place publique. Mais parler avec des gens insincères ne sert à rien, puisque vous ne savez jamais quand ils disent la vérité. Pesant le pour et le contre, j’ai estimé qu’il était mon devoir de la dire aux familles. Elles doivent être au courant pour savoir où elles mettent les pieds.

Personnellement, cela m’a rappelé la dramatique affaire Rachel qui a bien servi les personnes qui l’ont utilisée pour leur gloire et leur « influence ». Si nombreux étaient les parents vraiment bouleversés par cette histoire, il y avait aussi pas mal de personnes qui se disputaient « un bout de Rachel » pour se faire valoir, dans une surenchère indécente de manipulations et de mutuels crocs-en-jambe, à ce point que c’en devenait écœurant. Trois enfants ont quand même payé les pots cassés. Et leur mère n’est pas près de les récupérer. C’était il y a 5 ans, et on a fini d’en parler depuis longtemps, la « mine d’or » étant épuisée. Comment a-t-on pu se lancer dans une surenchère médiatique qui n’a fait qu’empirer les choses au lieu de les arranger ? Les associations responsables conseillent toujours aux familles de collaborer avec les services sociaux. Les insulter, eux et la justice, ne pouvait pas résoudre l’affaire mais que l’aggraver. C’est exactement ce qui s’est passé. C’était le prix de la publicité, et ce ne sont pas ceux qui en ont profité qui l’ont payé.

C’était le billet d’humeur du jour de la présidente,

Isabelle Resplendino

.